Français

Monde sans Guerres et sans Violence

Organisation internationale humaniste - Site web officiel

Le statut consultatif octroyé par le Conseil économique et social de l'ONU ouvre de nouvelles possibilités pour MSG

Dans la Charte des Nations unies, signée le 26 juin 1945, six organes principaux ont été établis à l'intérieur de cette institution : le Conseil économique et social (désigné par son sigle anglais ECOSOC), l'Assemblée générale, le Conseil de sécurité, Le Conseil de tutelle, la Cour internationale de justice et le Secrétariat. Actuellement, les Nations unies travaillent à  renforcer la coopération avec les organisations non gouvernementales (ONG) dans tout ce système et dans tous ses domaines d'activité. Beaucoup d'agences de l'ONU et de leurs organismes tiennent des consultations périodiques avec les ONG et de nouvelles formes de gestion et de gouvernement des entités des Nations unies apparaissent, comptant avec la participation de la société civile.

Dans ce contexte, en juillet dernier, l'ECOSOC a reconnu à Monde sans Guerres un statut consultatif spécial. Ce statut permet aux organisations de la société civile de travailler avec les Nations unies dans un programme global commun, et leur offre des possibilités de jouer un rôle dans différents domaines, parmi lesquels on peut citer le travail avec d'autres organisations, la coopération avec les organismes des Nations unies et les nouvelles possibilités d'action à l'intérieur de MSG.

En ce qui concerne le travail avec d'autres organisations, l’ECOSOC dispose d'une base de données intégrée d'organisations sociales du monde entier qu'il met à disposition pour la recherche de contacts, l’envoi de communications, le partage d’informations et la participation à des forums.

En ce qui concerne le travail au sein de l'ONU, les associations consultatives peuvent, par exemple, consulter les fonctionnaires du Secrétariat de l'ONU, présenter des déclarations au Conseil économique et social et être informées sur son programme provisoire de travail, réaliser des études pour la Commission sur un champ déterminé, être consultées par l’ECOSOC, solliciter le Secrétaire général pour que figurent des éléments d’un intérêt spécial à l'agenda provisoire du Conseil, assister aux réunions et avoir accès aux Nations unies, désigner des représentants officiels au siège des Nations unies à New York et aux bureaux des Nations unies à Genève et Vienne ou utiliser la bibliothèque et les installations des  Nations unies pour des conférences ou de petites réunions, pour ne citer que certaines des possibilités les plus immédiates.

En ce qui concerne le troisième point, Monde sans Guerres est une organisation de base et son intérêt fondamental est de créer un mouvement social capable d'influencer contre les guerres et contre la violence dans tous les champs sociaux. C'est pourquoi dans l'Équipe de Coordination Mondiale, nous étudions la formation d'une commission qui puisse coordonner ces nouvelles opportunités de renforcer le travail de ses équipes de base. Il s'agirait, en  somme, d'une part de faciliter le flux d'informations utiles vers les équipes de base et d’autre part, de rendre disponibles les mécanismes, de façon coordonnée, pour que nous puissions bénéficier directement de ces possibilités.

Cela se traduirait par le fait que chaque équipe développant des projets conformes à l'agenda de l'ECOSOC pourrait disposer d’outils pour réaliser des consultations directes, assister à des réunions et présenter des requêtes ou des conclusions aux organismes correspondants.

Institutionnellement, le nouveau statut social peut ouvrir de nouvelles possibilités d'action et de collaboration avec d'autres organisations d'intérêt : des organismes et des associations nationales et internationales, des universités et des institutions éducatives, des administrations publiques, etc..

Nous avons, en résumé, un nouvel outil de relation et de travail à notre disposition que nous pouvons commencer à utiliser.

Montserrat Prieto
Equipe de Coordination Mondiale de MSG